Articles

Marie-Louise ‘Maryse’ Bastié (1898-1952)

In Non classé on 23 février 2008 by denis355



bastie_migeo_200.jpg Maryse Bastié

Née à Limoges le 27 Février 1898, orpheline de père à 11 ans, celle qui s’appelait encore Marie-Louise Bombec fut d’abord une modeste piqueuse sur cuir dans une usine de chaussures.

Elle fut une petite fille, puis une jeune fille comme d’ autres, turbulente et têtue. Un premier mariage qui fut un échec lui donna un fils.

Elle découvrit l’aviation en épousant son filleul de guerre, le pilote Louis Bastié.
Louis ne pouvant lui donner de leçons sur un appareil militaire, c’est Guy Bart, un moniteur civil qui s’en chargea. Mais le 15 Octobre 1926, son mari trouva la mort dans un accident d’avion. L’aventure aéronautique aurait pu s’arrêter là, mais le virus de l’aviation, tenace et irraisonné, la rongeait.

 

Le premier record

Quand elle est enfin engagée comme monitrice de pilotage, c’est le bonheur pendant six mois. L’école disparaît, mais Maryse, mieux entraînée, a pris foi en son étoile, et elle décide d’acheter son propre avion, elle obtient un Gaudron C109 à moteur de 40 C.V. Elle n’a pas le premier sou pour le faire voler, Drouhin, va l’aider.

Le 13 Juillet 1928, il lui offre le poste de premier pilote.Ce record (1058 kilomètres) est battu à Treptow en Poméranie. C’est le premier record homologué de Maryse Bastié. En 1935 elle crée, à Orly, l’école "Maryse Bastié aviation". La traversée de l’Atlantique Sud. Encouragée par Mermoz, elle bat le record de traversée de l’Atlantique Sud en treize heures trente minutes.

Une fin tragique

Le 6 Juillet 1952, elle est désignée pour accompagner l’équipage d’un "Nord 2501" à un meeting, à Lyon. Après l’appareillage, en vue du retour, l’avion décolle et, vers 200 mètres de hauteur, il pique du nez vers le sol, où il s’écrase et prend feu.

Citation à l’ordre de la Nation

Aviatrice ayant acquis une renommée mondiale en dix records au cours desquels, seule à bord, elle a fait preuve d’une rare maîtrise, servie par un total mépris du danger. A inscrit à son palmarès, parmi d’autres exploits:

    en 1930, le record de durée féminin international en 37 heures 55 minutes;

    en1931, le record féminin international de distance, avec 2.976 kilomètres;

    en 1936, la traversée féminine de l’Atlantique Sud en 12 heures 5 minutes

Capitaine de l’armée de l’Air, 3.000 heures de vol, Commandeur de la Légion d’honneur à titre militaire, Maryse Bastié lègue à la postérité l’admirable leçon d’une victoire constante de la volonté sur la fragilité. Son nom restera parmi les plus grands et les plus purs de l’histoire des Ailes françaises.


Qui était Maryse Bastié ?

Le 6 juillet 1952, un Meeting était organisé sur l’aérodrome de Lyon-Bron. Après des démonstrations d’appareils civils et militaires, le meeting s’achevait par la présentation du "Noratlas", un avion-cargo bimoteur, lorsque brutalement le drame se produit. Le bilan est lourd : 7 morts, dont une passagère Maryse Bastié. De sa brillante et exceptionnelle carrière aéronautique, que savez-vous ?

Marie-Louise Bombec voit le jour à Limoges le 27 février 1898, au sein d’une famille de condition très modeste. Orpheline de père très jeune, elle doit travailler en usine. D’une première union naîtra un fils, mort jeune de la typhoïde al. Après son divorce, elle se remarie avec son filleul de guerre, le lieutenant aviateur Louis Bastié. Rendu à la vie civile, il devient moniteur dans un aéro-club à Bordeaux-Mérignac en 1925. C’est là que se produit le déclic qui conduira Maryse Bastié à l’aviation. Elle apprend à piloter, et obtient son brevet le 29 septembre 1925.

Une semaine plus tard, elle passe avec son avion sous les câbles du pont transbordeur de Bordeaux. Mais le 15 octobre 1926, Louis Bastié se tuait dans un accident d’avion. Dans l’intervalle, Maryse Bastié " montée " à Paris, donne des baptêmes de l’air et fait de la publicité aérienne. Difficile pour une femme, de vouloir faire de l’aviation sa profession. En 1928, elle s’adjugera avec le pilote Drouhin, le record du monde de distance de ligne droite, pour avions biplaces légers entre Paris et Trepton (Poméranie) avec 1 058 km, puis en 1929 le record de France féminin de durée pour avions légers avec 10h30′ de vol, et enfin le record international féminin avec 26h44′ de vol. Elle s’attaque ensuite au record de distance en ligne droite pour avion léger.

Mais l’aviatrice Léna Bernstein lui ravit le record de durée en volant 35h44′. Bien décidée à récupérer ce record, elle se battit avec acharnement contre les conditions atmosphériques ou la mécanique qui, a quatre reprises, la contraignirent à l’atterrissage. Enfin, décollant au soir du 2/9/1930, elle se pose le 4 après 37h55′ de vol, record battu. La résistance physique de Maryse Bastié, luttant contre le froid, le sommeil, l’ankylose, les émanations du moteur, avait été mise à rude épreuve " la durée, c’est trop dur, pour rien au monde je ne recommencerai ! " devait-elle déclarer plus tard.

Le 28 juin 1931, elle décolle du Bourget et se pose à Yurino (Russie) après 30h30′ de vol et 2 976 km parcourus. Le record international de distance en ligne droite pour avions légers monoplace est battu. A son retour, elle reçoit la croix de chevalier de la légion d’honneur et le Harmontrophy américain décerné, pour la première fois, à une française. En 1935, une australienne Jean Batten traverse l’atlantique sud en 13h30. Elle décide alors de battre ce record, après une préparation minutieuse, qui lui fera notamment faire un aller-retour avec Mermoz. Seule à bord, elle décolle de Dakar le 30 décembre 1936 et se pose à Natal au Brésil, après une traversée de 12h5′. Il fallait du courage et de l’audace pour tenter une telle traversée, alors qu’à peine un mois avant, l’hydravion piloté par Mermoz avait disparu lors d’une traversée. A son retour, elle est promue officier de la légion d’honneur.

Elle ouvre ensuite une école d’aviation qui porte son nom. Lors de la déclaration de guerre, elle se met à la disposition du gouvernement, qui ne fera pas appel à elle. Lors de l’offensive allemande de mai 1940, elle offre ses services à la Croix-rouge et s’active auprès des prisonniers français regroupés au camp de Drancy. Lors du départ d’un train vers l’Allemagne, elle est bousculée par une sentinelle allemande et se fracture le coude droit. Elle en gardera une invalidité et ne pilotera plus. Sous couvert de son activité à la croix-rouge, elle recueille des renseignements sur l’occupant.

Après la Libération de Paris, elle s’engage dans les auxiliaires féminines de l’armée de l’air avec le grade de lieutenant, avant d’être démobilisée en 1946. En 1947, elle est promue au grade de commandeur de la légion d’honneur pour " titres de guerre exceptionnels et faits de résistance ". Elle est la première femme à recevoir cette décoration à titre militaire. En 1951, elle entre au service des relations publiques du Centre d’Essais en vol. C’est dans le cadre de ces fonctions qu’elle prend place à bord du " Noratlas " présenté lors du meeting du 6 juillet 1952 et qu’elle trouvera la mort avec l’équipage. Sa disparition eut un retentissement national. Ses obsèques se déroulèrent aux Invalides. Elle fut citée à l’ordre de la Nation et le texte de cette citation est lu chaque année le 6 juillet, devant les auxiliaires féminines de l’armée de l’air.

Daniel Gerbe de la SLHADA
(Société Lyonnaise d’Histoire de l’Aviation et Documentation Aéronautique)

 

About these ads

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d blogueurs aiment cette page :